Le chant noir des baleines

978-2-36266-239-3

Nouveau

288 pages • 14,8 x 21 cm
Illustration de couverture réalisée par Julia Wauters


Nicolas Michel

  

1920, île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n’en est pas revenu. De peur qu’on ne l’enrôle à son tour, sa mère ne l’envoie pas à l’école et mère et fils vivent coupés du monde. Léon pêche, ramasse des coquillages et s’invente des aventures, assis sur le dos d’une carcasse de baleine.
Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno – c’est son nom – va retrouver peu à peu la mémoire, raconter comment il a été arraché à sa famille au Sénégal pour aller faire la guerre comme tirailleur et comment son navire a sombré alors qu’il repartait vers son pays. 

 

 

Un livre soutenu par Amnesty International

Un livre soutenu par le CNL

Sélectionné au prix Gayant Lecture, catégorie 4 (à partir de 12 ans)

Sélectionné au prix RTS littérature ados 2020.

Plus de détails

16,00 €

Ajouter à ma liste

En savoir plus

Dans la presse :

Le Monde des Ados (Octobre 2018)

« Inspiré de faits réels, ce très beau roman raconte le déracinement et la violence de la guerre mais aussi la vie qui reprend. »

France info (Novembre 2018)

« Une belle histoire d'amitié, de solidarité et un bel hommage à tous ces hommes venus d'Afrique qui ont combattu sur le sol français. »

Le Monde (Novembre 2018)

« Le romancier questionne, en racontant cette histoire, les notions de racisme et d'altérité. Le passé, ici, ramène forcément à l'actualité et au destin des migrants. »

Lecture Jeune (Décembre 2018)

« Cette histoire âpre comme l'océan - que l'on peut considérer comme le quatrième personnage du récit - est aussi emplie d'espoir, de désir et de vie. »

Télérama (Décembre 2018)

« Peut-être faut-il commencer par dire l’émotion que soulève ce livre d’une magnifique simplicité. La lumière qu’il distille, la force de son humanité, la puissance de l’histoire d’amitié qu’il met en scène avec une belle économie de moyens. »

Nouvelles Lectures (Décembre 2018)

« L'auteur sait ajouter à sa narration toute une chair de sensations, d'observations, celles d'un jeune qui vit intensément le monde maritime, où il est seul pour apprendre le monde et pour comprendre le sens de la mort de son père. Très bonne lecture. »

NVL (Décembre 2018)

"L'auteur sait ajouter à sa narration toute une chair de sensations, d'observations, celles d'un jeune qui vit intensément le monde maritime où il est seul pour apprendre le monde et pour comprendre le sens de la mort de son père. Très bonne lecture."

Jeune Afrique (Janvier 2019)

« L’amitié entre le jeune Léon et Tierno, tirailleur sénégalais, est la petite histoire qui rencontre la grande Histoire, le naufrage du paquebot « L’Afrique » en 1920. Une pépite où se conjuguent aussi intelligence et émotion. »

Revue des livres pour enfants (Janvier 2019)

"Un roman sobrement écrit qui rend compte de la vie à l'époque et de l'accueil contrasté réservé à ces soldats venus d'Afrique, traités généralement comme des sauvages et plus rarement comme des héros de guerre."

Jeune Afrique (Janvier 2019)

"L’amitié entre le jeune Léon et Tierno, tirailleur sénégalais, est la petite histoire qui rencontre la grande Histoire, le naufrage du paquebot « L’Afrique » en 1920. Une pépite où se conjuguent aussi intelligence et émotion."

Réforme (Juillet 2019)

"Un livre sensible pour adolescents."

Sur les Blogs :

Encres vagabondes

« En un temps où les migrants périssent dans nos mers, Le chant noir des baleines réveille l’histoire de façon nécessaire. »

 Chronique d'une étudiante

« Nicolas Michel a une plume douce et délicate, qui fait de cette lecture un beau moment empli de force tranquille. Une valeur sûre, donc, à mettre entre toutes les mains. »

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Le chant noir des baleines

Le chant noir des baleines

288 pages • 14,8 x 21 cm
Illustration de couverture réalisée par Julia Wauters


Nicolas Michel

  

1920, île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n’en est pas revenu. De peur qu’on ne l’enrôle à son tour, sa mère ne l’envoie pas à l’école et mère et fils vivent coupés du monde. Léon pêche, ramasse des coquillages et s’invente des aventures, assis sur le dos d’une carcasse de baleine.
Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno – c’est son nom – va retrouver peu à peu la mémoire, raconter comment il a été arraché à sa famille au Sénégal pour aller faire la guerre comme tirailleur et comment son navire a sombré alors qu’il repartait vers son pays. 

 

 

Un livre soutenu par Amnesty International

Un livre soutenu par le CNL

Sélectionné au prix Gayant Lecture, catégorie 4 (à partir de 12 ans)

Sélectionné au prix RTS littérature ados 2020.

Donnez votre avis

7 autres produits dans la même catégorie :